Personne aujourd’hui ne peut faire l’impasse sur la mise en place d’un site Internet. Pour l’utilisateur lambda, c’est comme un saut dans l’inconnu. Comment faire ? Quels outils utiliser ? Comment garder la main.

Si vous passez par un prestataire extérieur, la facture peut aller de 1000 à 5000 € pour un site relativement complet (n’oubliez pas de le budgéter dans votre business plan ). Dans la phase de création de chambres d’hôtes, il y a toujours des postes sur lesquels on aimerait faire des économies en le faisant nous même.
Aussi, je vais faire un petit tour des solutions techniques que j’utilise dans cette optique.

Le nom de domaine et l’hébergement :

Il y a pléthore de fournisseurs d’hébergement et de nom de domaines, pour ma part j’ai choisi de travailler avec OVH. Si vous n’êtes pas geek ou si vous n’avez jamais versé dans la force obscure, vous ne connaissez probablement pas OVH. C’est pourtant une entreprise française (basée à Roubaix) qui dispose de l’un des plus grands parcs de serveurs au monde. Exit toutes les solutions, parfois plus économiques mais basée à l’étranger.
Pour les aficionados du web, OVH n’est pas exempt de critiques, mais personnellement je suis client chez eux depuis près de 20 ans et je n’ai jamais vraiment eu de problèmes avec leur SAV. Depuis quelques temps, je trouve que les temps d’attente sur la Hotline se sont considérablement réduit.
Rien ne justifie de passer sur un hébergement dédié ou sur VPS, dans la grande majorité des cas, un hébergement mutualisé suffit amplement. Pour ma part, j’ai choisi l’hébergement « performance » à 120 € HT / an qui propose quelques options intéressantes déja comprises dans le prix. Mais si vous avez un budget très serré, vous pouvez également vous orienter vers la version pro à 72 € HT /an. Vous avez un comparatif entre les deux formules sur leur site web.

L’interface de gestion du nom de domaine et de l’hébergement est plutôt conviviale et assez intuitive. Je préfère l’option performance, car certaines options s’avèrent vraiment très utiles : CDN, certificat SSL, sauvegardes à J-1 / J-2 / J-3 / J-7 / J-14… bref que du bonheur.

Un CMS pour la gestion des contenus :

Développer un site from scratch est certainement, d’un point de vue technique, la meilleure solution. Mais opter pour cette solution présente pas mal d’inconvénients (j’en ai déjà pas mal parlé dans cet article). Personnellement, j’ai fait le choix de m’appuyer sur WordPress, c’est le CMS n°1 au monde qui présente l’avantage de ses inconvénients.
Il y a beaucoup de discussion autour de ce sujet avec des arguments recevables de part et d’autres.

Si j’ai fait le choix de m’appuyer sur WordPress, c’est d’abord parce que je connais bien le système. Sa prise en main est relativement facile et l’on trouve sur Internet des plugins bien utiles et des templates qui permettent de proposer quelque chose de très propre sans forcément se ruiner.
Par exemple, pour le site sur lequel vous êtes actuellement, j’utilise bien entendu wordpress avec un template gratuit. Vous pouvez me rétorquer que le rendu n’est pas terrible, mais en l’occurrence, j’ai fais le choix de privilégier le fond à la forme.
Mais si vous faites un petit tour rapide sur ThemeForest vous pouvez constater que l’offre est très large (près de 10 000 thèmes). Si bien entendu, la qualité n’est pas toujours égale, il y a de véritables pépites qui présentent une bonne base de travail.

L’autre raison également, c’est que la communauté worpdress (en France et à l’étranger) est très importante. Vous pouvez toujours trouver une solution à vos problèmes ou questions, via les forums ou les blogs spécialisés. Il existe aussi, une multitude de tutos, sur comment installer, administrer et gérer un site sous wordpress. Vous avez une librairie très conséquente sur le sujet et ce, quelque soit votre niveau.

Petite précision : OVH propose l’installation de wordpress sur votre serveur en un click. N’utilisez pas cette option, elle pose plus souvent des problèmes qu’une installation manuelle propre (qui n’est pas compliquée).

Un compte google :

Google vous veut du bien, enfin c’est ce qu’il essaie de nous faire croire. Sauf si vous êtes totalement parano, que vous n’avez pas envie d’être épié dans vos faits et gestes, vous pouvez bénéficier d’outils assez incroyables pour comprendre, analyser et optimiser votre présence sur le net.

Un adage dit bien « Quand c’est gratuit, c’est vous le produit », mais la puissance des solutions et outils proposés par Google ne sont pas à négliger, bien au contraire, ils peuvent être votre principal allié.

En terme d’outils ou de fournisseurs, ce sont mes choix. Ils ne sont pas forcément les meilleurs mais ils me conviennent bien et je peux tout à fait comprendre que d’autres personnes s’orientent vers d’autres solutions (qui ne seront pas moins bonnes).
Mais avec ces outils de base, vous voilà paré pour lancer vous même, votre site web. Si malgré tout, vous avez trop d’appréhension, vous pourrez toujours améliorer votre culture sur le sujet et disposer ainsi d’armes pour discuter d’égal à égal (ou presque) avec votre agence ou votre développeur.