Chambres d’hôtes ou Maison d’hôtes, ce sont les appellations les plus courantes. On trouve aussi Chambres d’hôtes de charme ou de luxe,

Terminologie marketing ou juridique ?

Seule l’appellation « Chambres d’hôtes » est définie par des textes de loi dont voici les points essentiels :

  • La ou les chambres d’hôtes doivent être situées dans la maison ou l’appartement de l’habitant.
  • La location d’une chambre d’hôte comprend la fourniture groupée d’une nuitée et du petit déjeuner.
  • L’accueil est assuré par l’habitant. Il ne peut pas louer plus de 5 chambres par habitation, ni accueillir plus de 15 personnes en même temps.

Paradoxalement, si l’activité de Chambres d’hôtes est clairement encadrée et règlementée, c’est aussi un des rares hébergement ne bénéficiant pas d’un classement officiel.  Je ne sais par quel hasard, nous en sommes arrivés à cette situation ubuesque (que je ne comprends pas).

Pour ma part, je suis plutôt très favorable à une reconnaissance officielle de ce type d’hébergement. En France, l’offre touristique est extrêmement diffuse. L’hétérogénéité des produits rend sa compréhension et sa commercialisation difficile. Les étrangers en visite en France ont souvent des problèmes d’appréhension de cette offre. Entre les appellations officielles et les labels de toutes sortes, il n’en faut pas moins pour égarer un peu plus notre touriste.

Comment expliquer, qu’un gite ce peut être un meublé touristique, mais aussi un gite d’étape ou de séjour, qu’une chambre d’hôtes peut aussi avoir le label Gites de France, que la Maison d’hôtes n’est qu’une appellation commerciale. On peut comprendre que la lecture ne soit pas aisée et ne participe pas à rassurer le visiteur de passage en France…
Il y a un système officiel de classification pour les hôtels, les campings, les meublés touristiques et les restaurants… Pourquoi ne pas faire la même chose pour les chambres d’hôtes ?

Pour pallier à ce vide, la Fédération des offices de tourisme a tenter de  lancer son appellation « Chambres d’hôtes de référence » :
« A la différence des classements et labels, Chambre d’hôtes référence® n’établit pas une échelle de valeurs suivant la prestation fournie, mais une garantie de qualité à minima, une assurance pour le client d’être bien accueilli. »

… et une appellation de plus !

chambres-hotes-reference

Pour revenir au sujet initial, des chambres d’hôtes peuvent aussi être maison d’hôtes. Mais l’inverse n’est pas forcément vrai.

A titre d’exemple imaginons un hébergement de 7 chambres, aménagé de façon très conviviale et qui se qualifie de Maison d’hôtes. Dans l’esprit, le qualificatif de « Maison d’hôtes » n’est pas forcément erroné ou trompeur. Par contre d’un point de vue purement juridique, cet établissement ne peut rentrer dans le cadre définissant l’activité de chambres d’hôtes.
A priori, on a donc à faire à un hôtel qui surfe sur la vague du « marketing associé aux chambres d’hôtes ». D’un point de vue légal, rien ne lui interdit de le faire, sous réserve de respecter la réglementation propre aux hôtels (sa catégorie).

Autre cas, Sylvain commercialise via airbnb deux chambres inoccupées de son appartement. Par ce qu’il apprécie de pouvoir échanger avec ses visiteurs de passage, il propose également dans sa prestation un petit déjeuner copieux. Si son activité est dument déclarée en mairie et qu’aucun règlement (municipal, copropriété) ne s’y oppose, alors Sylvain propose bien des chambres d’hôtes…

De quoi en perdre son latin…

Aussi, je pense qu’on aurait sincèrement à gagner, en qualifiant de façon officielle les chambres d’hôtes. Pour éviter toute ambiguïté, je réserverais également l’appellation Maison d’hôtes aux seules chambres d’hôtes. Ce faisant, la communication autour de l’hébergement touristique en France serait harmonisée et couvrirait les principales sortes d’hébergements.

Je ne sais pourquoi ce classement officiel n’a jamais eu lieu. Est ce la force de certains lobbys ? Si vous avez une idée sur la question je suis preneur 😉