Vous avez enfin peaufiné votre business plan, mené à bien votre étude de rentabilité… il vous reste à mettre en place votre plan stratégique et opérationnel.

 

Business plan chambres d'hôtes

 

C’est bien joli, toutes ces études, ces chiffres mais pour être complète cette approche qui reste théorique, demande aussi une traduction en actions concrètes :

Plan stratégique :

Le plan stratégique concerne plus particulièrement votre approche commerciale mais de façon plus large, votre vision sur la mise en place et le développement de votre projet. C’est une feuille de route avec des objectifs à court, moyen et long terme.
Vous savez par exemple, que d’ici deux ou trois ans, un nouveau musée va ouvrir, une route va être aménagée… et que cela aura des répercussions positives pour votre projet. L’anticiper, c’est ce mettre dans une dynamique du changement, de l’adaptation. Et d’un point de vue commercial, il est important d’appréhender au mieux ces facteurs de changement.

En dehors de ces aspects purement prospectifs, les lecteurs de votre business plan auront à cœur de connaitre plus particulièrement deux points :

Quels sont vos objectifs :

Ils sont généralement commerciaux mais peuvent aussi avoir une déclinaison sociétale (approche environnementale, sociale). Votre étude de marché devrait vous avoir conforté dans les définitions de ces objectifs.

Quels type d’action allez vous mettre en œuvre pour atteindre ces objectifs :

Si par exemple, vous souhaitez proposer des offres packagées (week-end thématiques par exemple) quels sont les partenariats que vous avez établi ?
Quels sont les canaux de diffusion que vous allez utiliser ?
Vous avez une approche environnementale forte, comment allez vous la valoriser ? En quoi est-elle un plus ?
En terme de communication, quels supports allez vous utiliser ? Comment allez vous vous faire connaitre ?
Mais aussi, avez vous les compétences pour le faire, si non… comment allez vous procéder ?

Plan opérationnel :

Il s’agit alors d’établir un rétro-planning avec toutes les opérations que vous devez réaliser. Pour être totalement efficace, vous pouvez par exemple vous appuyer des outils de  mind-mapping ou mieux encore un logiciel de gestion de projets.
Pour ma part j’utilise GanntProject qui est amplement suffisant et propose suffisamment de fonctionnalités (et en plus il est open source). Si vous n’avez aucune connaissance dans la gestion de projets, il est parfaitement inutile de vous lancer dans les diagrammes de Pert, dans les dates au plus tôt ou au plus tard et dans le calcul du chemin critique.

L’utilisation du diagramme de Gannt est relativement intuitif et donne également une vision globale sur l’ensemble des aspects du projet, c’est aussi tout l’intérêt d’un tel logiciel.

Au fur et à mesure, vous allez pouvoir ajouter des tâches à réaliser par le biais de fiches (chaque fiche reprend les informations propres à chaque tache) :

Description précise et détaillée du travail à réaliser : plus vous serez précis, moins vous avez de risque d’oublier des choses
Ressources humaines (qui doit réaliser ce travail) : est ce que c’est vous, un artisan, un sous traitant
Ressources matérielles (matériel nécessaire à l’accomplissement de ce travail) :  vous devez par exemple louer une mini-pelle
Délais (date de début et date de fin) : quel est le temps prévisible pour la réalisation
Définition des dépendances : vous ne pouvez pas par exemple, faire la peinture si le placo n’est pas posé… ou entamer les travaux, si le permis n’est pas accordé
Chiffrer la tâche et effectuer un suivi précis entre le prévu et le réalisé, ce qui permet de prévenir tout dérapage.

On parle de rétro planning, car on part de la date de fin (par exemple l’ouverture au public) et on remonte dans le temps en posant les jalons nécessaire à sa réalisation. Pour plus de facilité, vous pouvez également scinder le projet principal en sous-projets, par exemple : administratif, communication, travaux, commercialisation… etc

Une bonne gestion de projet nécessite un suivi permanent pour piloter au plus près sa bonne mise en oeuvre. C’est la condition sinéquanone pour prévenir tous les dérapages (temps, budget…) et mettre en place d’éventuelles mesures correctives.

Encore un fois, l’objectif de ces deux parties, n’est pas de rentrer forcément dans le détail… vous ne montez pas une multinationale, vos interlocuteurs ont seulement besoin de voir que vous appréhendez de façon judicieuse et globale, toutes les dimensions de votre projet.
Si dans vos outils de travail, dans vos notes vous pouvez (devez) descendre au maximum dans le détail, ici vous devrez proposer une version synthétisée à même de rassurer et de mettre en confiance.