Cette automne on a un peu bossé sur le terrain. Objectif, intimiser au mieux la parcelle en plantant 100 mètres de haies et un petit verger. On aimerait bien en faire plus, mais on est en même temps limité, tant que les travaux lourds n’auront pas commencé.
On est donc intervenu sur la partie qui ne devrait pas être touchée par les travaux… en partant du principe que ce qui est fait n’est plus à faire. D’autant que d’ici l’ouverture, les végétaux devraient avoir pris de la vigueur et quelques centimètres.

On a donc profité d’une belle journée pour trancher à la mini-pelle et dessoucher quelques résidus de vieux arbres….

tranchee-haies

 

Les tranchées creusées, restait plus qu’à attendre, les différents végétaux et procéder aux plantations.

En attendant, profitant du jour où les camions poubelle ramassent les cartons jetés par les commerçants, on a lancé l’opération carton plein.

cartons-plein

 

Puis le temps s’est mis à la pluie et au froid, on a donc mis tous les végétaux en jauge et on a profité pour nettoyer tous les cartons. Scotch, étiquettes, agrafes… il a fallut enlever tout ce qui n’était pas biodégradable. Et après quelques heures, un joli motif de satisfaction :

cartons-scotch

A ce stade, vous demandez certainement ce que l’on va faire de cette quantité de cartons ?

N’étant pas sur place pour entretenir régulièrement la repousse de mauvaises herbes en tout genre, et pour éviter d’être dépassé par les évènements nous souhaitions tester un paillage cartons au pied de nos plantations.

Le mauvais temps à perduré mais nous avons tout de même réussit à prendre quelques jours sur place pour mettre en place ces 100 mètres de haie. Sur la partie basse, nous avons opté pour une haie de charmilles (qui semble bien s’acclimater dans le coin) et pour le reste nous avons fait le choix de mettre un peu de couleurs avec une haie champêtre.

On peut dire que notre premier contact avec la terre locale a été rude et douloureux, avec un constat que la terre est lourde et que le sol est bas.

Nous savions le terrain argileux et difficile à travailler, nous avons eu pour notre argent… Nous avons remué des tonnes de terre (bien lourde et bien collante), nous sommes rentrés exténués par des journées bien remplies et après 3 jours sur place, nous en sommes arrivés à la conclusion : ce n’est pas une terre pour feignant.
Une bonne occasion pour affermir nos fessiers… 1 kilo de glaise à chaque pied, puis des outils qui pèsent au moins un kilo de plus chacun, je vous assure que 3 jours au jardin, remplacent avantageusement toutes séances en salle de musculation.

bottes-outils

Malgré les courbatures et les douleurs dorsales… nous sommes rentrés satisfait avec le sentiment d’avoir bien bossé. Tellement crevés, que je n’ai pas même pas vu que nous n’avions plus de gasoil et sommes tombé en panne, à 100 mètres de la maison… juste à l’entrée de la descente qui mène chez nous. (ouf)

haies-cartons

Je n’ai pas pu faire de photos une fois le travail fini… car nous avons presque terminé à la lampe torche (j’exagère). Mais à gauche vous avez la haie de charmilles et à droite la haie champêtre… et ci-dessous, vous pouvez deviner ce qui devrait devenir le verger….

plantation-verger

Maintenant que le printemps arrive, nous avons hâte de retourner sur site, pour voir les premiers bourgeons éclore… en espérant que nous n’auront pas trop de pertes.

Dès que possible, je vous mettrai de nouvelles photos 😉